Livres au trésor

OLYMPUS DIGITAL CAMERACe carnet de recherche vise à faire connaître les activités de la plateforme fédérative « Livres au trésor », centre de ressources de livres pour enfants de l’Université Paris 13. Suite à la cession de ce fonds de 40 000 livres par la Ville de Bobigny à l’Université de Paris 13, un projet pluridisciplinaire a été mis en place pour 2014-2018, associant littérature, histoire, sciences de l’éducation et sciences du jeu, édition, graphisme, psychologie. Créé au début des années 1980 par des bibliothécaires de Bobigny, « Livres au trésor » a cessé ses activités en 2010. Ce centre de ressources, riche de plusieurs dizaines de milliers de livres et revues pour enfants, d’ouvrages et de revues spécialisés, a été pendant plus de vingt ans mis au service de la lecture publique en Seine-Saint-Denis. En 2013, la Ville de Bobigny a donné ce fonds à la Bibliothèque universitaire de Paris 13. Le livre pour l’enfance et la jeunesse, dans ces différentes dimensions, est un objet culturel de recherche commun à plusieurs équipes de Paris 13 : mettre en place un centre de ressources spécialisé est l’occasion pour différentes unités de développer et de renforcer des collaborations. La diversité des laboratoires concernés (5 au total) permet une grande variété d’approches disciplinaires, ainsi que le développement d’un travail transdisciplinaire autour du livre pour la jeunesse. « Livres au trésor » a pour objectif d’y apporter un effet structurant. « Livres au trésor » associe chercheurs et bibliothécaires de la BU, dans un projet scientifique de recherche et de formation, tout en gardant une dimension de mission culturelle de service public sur le territoire de la Seine-Saint-Denis.

« Livres au trésor » à la matinée portes ouvertes

Samedi 7 mars, de 9h30 à 13h30, l’Université Paris 13 a ouvert ses portes aux futurs étudiants intéressés par les formations des UFR d’Economie et de Gestion, Information et communication, Lettres, langues et sciences humaines. « Livres au trésor » a proposé une sélection de son fonds.

IMG_5815

Un accent particulier a été mis sur les albums coréens traduits en français, en lien avec l’invitation et la participation de l’Ambassade de Corée du Sud.

IMG_5819

IMG_5817

 

Nos collègues des sciences du jeu ont aussi installé une table très appréciée. Du jeu au livre, du livre au jeu, il n’y a qu’un pas!

IMG_5814

 

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques: circulations, adaptations, mutations

IMG_4540 - CopieColloque organisé par Mathilde Lévêque (CENEL/Pléiade – UP13-SPC) et Matthieu Letourneux (Centre des sciences de la littérature française, Paris Ouest Nanterre La Défense)

avec le soutien du laboratoire Pléiade, de la structure fédérative « Délivrez-nous du livre », du Conseil scientifique d’UP13-SPC, de l’Afreloce, du CSLF et de Plaine-Commune.

24-26 septembre 2014

Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse (à la Chaufferie)

La recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. Les industries culturelles ont aujourd’hui une grande emprise sur la littérature pour la jeunesse, qui fonctionne aussi comme une source inépuisable d’inspiration. L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse (non seulement les livres, mais les jeux, les jouets, les jeux vidéos, les séries télévisées, le cinéma, etc.), en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force engagés dans ces pratiques. De Pinocchio à Dragon Ball, en passant par l’incontournable Harry Potter mais aussi par l’univers de Lego et celui de Star Wars, les chercheurs confronteront leurs points de vue sur la culture médiatique et le transmédia, la fiction ludique, la définition même du livre et celle de héros. Le colloque aura lieu parallèlement à l’exposition « Livres au trésor », au Café Expo (du 23/09 au 03/10) et à la rencontre Texto (23/09) à la Chaufferie avec Claire Franek et Marc Daniau.

L’Assemblée Générale de l’AFRELOCE se tiendra à l’occasion de ce colloque (jeudi 25 septembre, après-midi).

Au programme:

Mercredi 24 septembre

9h : Accueil

9h30 : Introduction par Marie-José Michel (Paris 13), directrice du laboratoire Pléiade et Mathilde Lévêque (Paris 13)

Session 1 : Culture médiatique, communication et appropriation (présidence de séance : Gilles Brougère) : 10h-12h30

  1. Hélène LAURICHESSE (Toulouse 2), Les stratégies de politiques éditoriales à destination des jeunes publics : ceci n’est pas une marque
  2. Natacha LEVET (U. Limoges) : La bande annonce en littérature de jeunesse: entre stratégie commerciale et culture fan
  3. Pascale GARNIER (Paris 13) : Star Wars à l’école maternelle. Hybridations culturelles dans les cahiers d’activités parascolaires pour les tout petits

Discussion

Déjeuner : 12h30-14h

Session 2 : Jouer avec la fiction (présidence de séance : Hélène Laurichesse) : 14h-16h30

  1. Gilles BROUGERE (Paris 13) : Lego et les personnages
  2. Isabelle PERIER (Grenoble 3) : Le jeu de rôle : une autre forme de littérature de jeunesse ?
  3. Coralie DAVID (Paris 13) : Jeux de rôle et écriture fictionnelle
  4. Jérôme LARRÉ (auteur et éditeur) : Le jeu de rôle, fils illégitime ou prolongement de la littérature de jeunesse ?

Discussion

16h30 : Visite de Livres au Trésor

Jeudi 25 septembre

Session 3 : Des livres, mais encore ? (présidence de séance : Laurent Bazin) : 10h-12h30

  1. Matthieu FREYHEIT (U. Haute Alsace) : Un coup de dé jamais n’abolira la lecture ! Les Livres dont vous êtes le héros et la matérialisation de lire
  2. Euriell GOBBE-MEVELLEC (Toulouse 2) : De l’intermédialité à l’hypermédialité de l’album jeunesse contemporain
  3. Julien BAUDRY (Paris 7) : Héros traditionnels et héros du progrès : chronique d’une cohabitation « transmédiatique » dans l’entre-deux-guerres
  4. Florence RIO (Lille 3) : Le livre augmenté, objet transmédiatique en développement

Discussion

Déjeuner : 12h30-14h

Après-midi :

Session 4 : Novellisation et adaptation (présidence de séance : Anne Larue) : 14h-16h00

  1. Prisca GRIGNON (Montpellier 3) : Conditions de production, de conception et esthétique des novélisations pour la jeunesse de Pierre Bordage
  2. Vincent BERRY (Paris 13) : Des romans “World of Warcraft” aux adaptations de “Loup Solitaire” : quand le jeu vidéo emprunte au livre et inversement
  3. David GOLDIE (U. Aix-Marseille) : Harry Potter et la bataille de l’adaptation

Discussion

16h30 : AG de l’AFRELOCE

18h00 : Pot amical

Vendredi 26 septembre

Session 5 : Transmédia (présidence de séance : Anne Besson) : 10h-12h30

  1. Mélanie BOURDAA (Bordeaux 3) : Les architectures narratives Transmedia : des séries télévisées augmentées
  2. Stéphane BENASSI (Lille 3) : Le livre comme figure de la sérialité télévisuelle
  3. Nathanaël WADBLED (U. Lorraine), L’hétérotopie de Disneyland : apprendre à subvertir les logiques idéologiques par l’expérience du merveilleux
  4. Alexis BLANCHET (Paris 3) : De Lego Star Wars à Lego : La Grande Aventure, nouvelles configurations de l’adaptation vidéoludique de films de cinéma.

Discussion

Déjeuner : 12h30-14h

Session 6 : L’étoffe des héros (présidence de séance : Déborah Lévy-Bertherat) : 14h-17h

  1. Bertrand FERRIER (Rennes 2 / Bordeaux 4), Qu’est-ce que Le Petit Prince ? Ontologie du plastique littéraire
  2. Anne BESSON (U. Artois), Après Harry, la seconde vie transmédiatique de Poudlard
  3. Claude PUIDOYEUX (Bordeaux 3), Les Aventures de Pinocchio au risque de transfictionnalité
  4. Benoît BERTHOU (Paris 13) : Convergence et divergence des images. Le cas de Dragon Ball

Discussion

17h : Synthèse et conclusion : Matthieu Letourneux (Paris Ouest)

Inauguration de « Livres au trésor »

414H2VXN7YL._Le 11 mars 2014, Catherine Peyge, maire de Bobigny, et Jean-Loup Salzmann, président de l’Université Paris 13, ont officiellement inauguré le centre de ressources « Livres au trésor », à la BU Sciences.

Merci encore à tous les organisateurs et aux petites fées qui ont transformé les rayonnages en magnifiques présentoirs.

Voici un extrait en vidéo de cet événement:

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques: circulation, adaptations, mutations

medias-600x399Appel à communications

Colloque organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque

avec le concours de l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)

Université Paris 13

24-26 septembre 2014

Date limite de soumission des propositions: 15 février 2014

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studies ressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

 

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

 

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

– Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?

– Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).

– – On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

 

2. Mutations médiatiques, création et édition :

– On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?

– La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?

– On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

 

3. Perspective historique, regard contemporain

– L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.

– On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

 

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

 

Comité scientifique :

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois), Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

 

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesse, Strenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games, McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.