Axes du projet

Le projet s’articule selon trois axes :

1. Le livre pour enfants dans les industries culturelles (édition, presse, numérique) :

La plateforme « Livres au trésor » constitue une cartographie unique de l’édition pour la jeunesse depuis les années 1980. Les innovations éditoriales, les logiques de collection, les pratiques des éditeurs (en particulier les petites maisons d’édition), les choix des prescripteurs du livre sont autant d’objets d’étude exploitables par les chercheurs. La part de la presse pour la jeunesse ne manquera pas d’intéresser les chercheurs, tant ce domaine est encore peu exploré et riche de potentialités. A partir de ces terrains, la mise en service de la plateforme suppose une réflexion dans les orientations de la politique d’acquisition (liens avec les éditeurs, évolution de la presse vers le numérique).

2. Le livre pour enfants comme objet culturel (supports traditionnels et transmédiatiques)

La mise en service de cette plateforme nécessite une réflexion sur l’objet livre lui-même, ses frontières et ses rapports avec d’autres supports de la fiction (jouets, jeux de société, jeux vidéo, films d’animation, séries télévisées, supports numériques, etc.). Il ne s’agit donc pas seulement d’acquérir de nouveaux livres mais de réfléchir à la place de la lecture dans les pratiques culturelles contemporaines, au rapport de l’enfant et de l’adolescent au livre, aux évolutions vers le numérique, dans une dimension transmédiatique. Il importe de compléter le fonds en s’interrogeant sur ses thématiques nouvelles, où la dimension numérique est appelée à prendre une place croissante. La mise en place d’un serveur permettant de suivre les publications numériques pour enfants doit être ainsi envisagée.

3. La littérature de jeunesse : un domaine de recherche innovant et émergent

« Livres au trésor » comporte des romans, des albums, des contes, des documentaires, des périodiques pour enfants. Cette variété représente un champ d’exploitation considérable pour la recherche, à la croisée de la littérature, de l’histoire de l’art, de la sémiologie. Il s’agit d’une mine exceptionnelle pour les chercheurs et pour les étudiants, en particulier en master et en doctorat : il pourrait s’avérer particulièrement attractif. Les archives du fonds n’ont jamais été exploitées, tandis que, pendant plus de vingt ans, des contacts étroits ont été établis avec plusieurs auteurs et illustrateurs. La plateforme permettra de redonner une vie scientifique nouvelle à un fonds qui est aussi une mémoire de la littérature de jeunesse contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search